AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je vais y passer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Age : 28
Messages : 180
Localisation : Appelle moi, j'te l'dirais si j'ai envie.

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kappa
Situation : Nada.
Relations:


MessageSujet: Je vais y passer ? Lun 19 Déc - 2:34



Tetsuo & Ritsuka ♥



    Vous me croyez si je vous dis que les médicaments et l’alcool font rarement bon ménage ? J’en ai fait l’expérience cette après-midi même. Comme toutes les personnes à peu près normale, je me baladais et faisait le tour des parcs pour trouver des choses à photographier. Deux semaines que je n’avais pas fait de photos ni d’articles réellement jolis. Le dernier qui avait intéressé les jeunes filles qui lisait le magazine pour lequel je bossais était un texte sur les décorations d’intérieur. Le boss avait fait un sondage sur le site quelque jours avant pour savoir combien de personnes vivait avec leur parents ou seuls en appartements. La majorité avait été « Vis avec son (ses) parent(s) » mais de si peu de pourcent que l’article avait été fait quand même. J’avais donc du aller chez bon nombre d’étudiantes pour photographier leur intérieur et prendre quelques conseils sur leur déco. Barbant.

    Bref, j’étais donc de sorti vers 14h00 pour voir quelque paysages. Je comptais faire un article sur « Les diverses façon de se divertir sans se ruiner ! » Franchement, qu’est-ce que j’en avais à faire ? Ce sujet ne me concernait absolument pas ! Le patron n’aurais jamais dû me choisir pour ce thème. Ca me passait par-dessus à 110% ! J’avais je ne sais combien sur mon compte en banque et je faisais ce que je voulais quand je voulais. Se divertir sans se ruiner … Ca me soul ! Mais bon, je ne voulais ne pas être renvoyé. D’autant plus que d’aller dans un parc, il n’y avait rien de plus ennuyeux ! Si les jeunes de mon âge – voir moins – voulait ne pas se ruiner en s’ennuyant, qu’ils restent chez eux sans rien faire ! Pff …

    Résolu à prendre ce genre de photo, je fis donc le tour de la ville pour trouver des parcs, muséums gratuit et je questionnais tout les personnes qui s’y trouvaient. Que des vieux, ça n’allait pas plaire ça … Vers 16H10, en plein milieu d’une exposition, mon téléphone sonna. « Up & Down » des SHINee résonna dans la salle et tous les regards se tournèrent vers moi. Je n’ai tué personne, c’est bon ! Je m’excusai vaguement avant de m’éclipser. Mon patron m’avait trouvé un nouveau thème. J’égorgerais ce type un jour. « Vagner ! Choppez-moi autant de photo de gosses que possible avant ce soir 17 H 30. Demandez ou non la permission aux parents, il me faut les plus mignons ! » Cet agréable personnage se serais fait envoyer valsé bien comme il faut s’il n’avait pas raccroché. Pourquoi je faisais ce boulot ? Bordel ! C’était obligatoire ? Des gosses ! Il voulait ma mort ? Oh et puis tant pis, il les aurait ces photos. C’était bientôt la sortie des classes non ? Une école ne devrait pas être trop dure à trouver.

    La preuve ; après à peine cinq minutes de marche j’avais trouvé une école maternelle. Il neigeait et les flocons qui me tombaient délicatement sur les joues semblaient m’écorcher à la vue de tous ces bambins. Mon cœur palpitait. Aller parler avec les parents, ok, mais dialoguer avec leurs enfants … J’abusais peut-être. Avoir une réaction aussi violente rien qu’en voyant une fillette sourire était pathétique. Alors, j’allais rester comme ça toute ma vie ? J’avais bien réussit à apprécier Soo Jin, bon sang ! En réalité … Ce ne sont pas les enfants mon problème. Mon problème, c’est moi et uniquement moi. Je me dégoute. Ce que je suis me donne envie de vomir. Ce que j’ai fait me rend malade. Je fourrais la main dans une de mes poches pour en ressortir deux puissants calmants.Ca me shooterait pas mal, mais au moins je pourrais faire mon travail correctement.

    Avec un joli sourire, j’allai demander gentiment à quelque parent si je pouvais prendre des photos. J’avais dû me shooter un peu trop et ne plus ressembler à rien parce que la première mère m’a mis une gifle en criant au violeur. Oh mon Dieu … J’avais été un peu plus délicat avec la deuxième mère et au fur au mesure, j’avais pris des bouilles toute souriantes absolument mignonnes. J’était passé vite fait au bureau leur donné les photos et mon passe partout avant d’aller en ville, dans un petit bar assez mignon et reculé. Ici, on était à peu près sûr de tombé sur des personnes peu fréquentables, des gangs de motards, des dealers voir pire … Bref, l’endroit ou les bourrés qui deviennent agressif après deux ou trois verres de trop doivent se rendre. Heureusement, je n’en faisais pas partie. Enfin pas à ce point.

    Au bout de deux heures passé dans ce trou, les calmants ne faisaient plus effets. Un dealer avait réussit à me refiler un petit paquet blanc que j’avais consommé rapidement. Pas besoin de calmant avec ce genre de chose ! J’étais ce qu’on peut appeler complètement stone. Mon corps était léger. J’avais bu, encore et encore pour oublier la vision d’horreur qui m’était revenu toute l’après-midi. Mes crocs aiguisés tranchant la chair de ceux que j’appelai mes frères … L’appel du sang plus fort que tout, tous mes membres qui se détendait au fur et à mesure que le liquide au gout ferreux se rependait en moi … Envie de vomir. D’ailleurs je le fît avant de me faire virer du bar.

    Depuis combien de temps je marchais ? J’avais mal au cœur … L’alcool rendait mon corps douloureux dans son intégralité. Il neigeait encore et la nuit commençais à tomber. J’y voyais flou, mes yeux ne percevait pas grand-chose. Le sol était blanc. J’aurais pu trouver ca joli si tout allait bien. Une vulgaire erreur me traversa l’esprit. Si je prenais des calmants, la douleur s’arrêterais peut être ? Conneries. Cependant, je n’avais pas les idées assez claires pour réfléchir plus. Ma main tâta frénétiquement le fond de ma poche pour en sortir une boite en verre ronde. Par chance, j’aurais pu tomber sur la boite de tic tac, j’étais tellement à coter de la plaque que je n’aurais pas fait la différence. Mais non, c’était bien mes calmants. J’en mis quelque uns dans ma mains et les goba. Combien ? Peut-être 20, peut être 2 … Bonne question.

    Après quelques minutes assis contre un mur à me geler la carcasse, j’entrepris de rentrer chez moi. Ma tête était plus douloureuse qu’après deux heures passées un marteau piqueur entre les mains. Je ne voyais plus rien qu’un vaste espace blanchit de neige, je distinguais à peine les murs du vide. Alors quand je me suis avancé sur la route, ce n’est pas moi qui aurais pu prévoir qu’une moto me frôlerait. De très près. De trop près. Assez près pour m’envoyer voler et retombé voilement sur le bord de la rue dans un cri strident. Mes cotes et ma clavicule … J’aperçus vaguement une ombre s’approcher de moi. Le motard ? Sûrement, il toucha mon épaule et hurla que j’étais mort. Sûrement pris d’une peur inexplicable, il remonta sur sa moto et repris la route en un bruyant bruit de moteur. Alors j’allais rester là comme ça ? Allongé sur le trottoir jusqu'à ce que mes calmants, la drogue et l’alcool ne fasse plus effet. Combien de temps ça prendrait ? Je serais sûrement mort avant …

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 51

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kitsune.
Situation : Célibataire.
Relations:


MessageSujet: Re: Je vais y passer ? Mar 20 Déc - 18:33

    La vie d’une petite star n’est pas toujours des plus intéressante, il faut l’avouer. Prenons par exemple cette journée, un début de travaille à huit heures, cela n’est pas relativement tôt, nous sommes d’accord, néanmoins assister à des réunions barbantes pour nous dire sur quoi allez porter la campagne de cet hivers du magazines. Pourquoi demander aux mannequins de venir montrer leur nez ici ? Assis en tailleur sur sa chaise, le jeune kistune avait du mal à rester en place, il faut dire qu’il était payé pour poser non pas regarder des graphiques qui devaient montrer jusqu’où ils espéraient faire monter leur achats du magazine grâce à leur nouvelle petite tête toute mignonne. Cette petite tête en question, quant à lui venait de sortir une sucette goût fraise de son sac pour commencer à la manger joyeusement. Oui, leur nouvelle tête vous l’aurez compris il s’agit de Tetsuo. Ils avaient été charmé par le visage angélique du jeune homme qui pouvait devenir très virils selon la façon dont il était habillé. Bref, une nouvelle poupée avec laquelle les photographes semblaient déjà bien s’amuser en voyant les premiers shoot photos. En parlant de cela, Tetsuo venait d’en avoir une copie pour lui, il allait rapidement les faire voir à Alexander, tout content de lui montrer qu’il était beau sur toutes les photos. Dire que cela n’allait pas arranger le côté superficiel grandissant de notre cher Kitsune.

    Regardant les graphiques défilaient tout en échangeant quelques mots avec ses voisins le renard semblait finalement bien s’amuser, il faut dire qu’il avait la chance d’avoir toute la journée rien que pour lui plein de gens qui s’occupent de lui et le chouchoute. Mine de rien, quand vous êtes de nature à vous faire dorloter ce boulot et un rêve pour vous. C’est à se demander si Tetsuo aurait pu suivre dans la nature seul s’il avait été totalement un renard. Il se serait vite fait tuer par un humain en s’approchant trop d’eux.

      « Tetsuo écoute moi ! »


    Relevant le bout du nez vers son directeur le jeune homme fit tourner sa sucette dans sa bouche à l’aide de sa langue avant de pencher la tête légèrement sur le côté. Un regard perdu quelque peu confus, le kitsune se mit à rougir. Ce qui eut pour effet de rendre tout nerveux le directeur qui s’excusait pour le ton sec avec lequel il avait osé lui parler. Oh ! Tiens, s’en vouloir ca rendait les gens adorables avec soi … Hum ! A tester sur Alexander tiens. Pour quand il voudra le gronder s’il venait à faire une bêtise, quoique connaissant bien le dragon il ne risquait de pas réagir tant que cela.

    La réunion se déroulait lentement, trop lentement et Tetsuo essayait au mieux de rester attentif, jouant par moment avec son amulette qui n’était qu’autre que son bracelet en argent. « Miki ». Souriant légèrement le jeune homme se sentait toujours un peu nostalgique de repenser à l’école et à ce qu’il avait pu y vivre là-bas. Bien que la fin vu horrible le début fut une expérience vraiment magique et géniale. Mais, ce n’était pas le moment de rêver, le moment était venue de devenir un jeune homme séduisant et envoutant qui se baladait dans la forêt. Il ne faisait pas très chaud pourtant au moment de poser, le kitsune ne semblait plus avoir froid et même à cent pour cent dans son rôle de dragueur. Cela était amusant en fait de voir qu’il serait si facile finalement de faire craquer les filles. Enfin … Cela serait plus pratique pour lui s’il faisait craquer les garçons, mais bon on fait avec les moyens du bord.

    La journée de photos passa relativement vite, pourtant ce n’est pas pour autant que cela signifiait que Tetsuo avait fini la sienne. Ce soir, il y avait une fête organisée en l’honneur de ce dernier pour avoir rejoins la boite. Soiréée qui n’avait pas été prévu au début et c’est ainsi que rapidement, le jeune homme mit au courant Alexander qu’il ne rentrerait pas tôt à cause de cette fameuse soirée surprise. Autant éviter que son dragon préféré ne s’inquiète de trop pour lui. Bien qu’à y réfléchir voir sa tête quand il allait rentrer au petit matin aurait été amusante à voir, mais il finirait par se venger … Tonton Alexander, faut prendre soin de son vieux cœur après tout. Souriant en pensant à son ami, enfin, il était plus qu’un ami, c’était son confident, son frère, son oncle et un peu son père à la fois. Après tout, Alexander était là lors de la venue au monde de Tetsuo, il a toujours été là pour l’aider. Notamment, pour l’aider à oublier Hiroki. Le fait qu’ils contrôle tous les deux la météo leur à surement permis de se rapprocher plus. En arrivant à Alrich il fut donc naturel pour Tetsuo d’aller chez Alexander pour lui demander s’il pouvait l’héberger. Cela ne serait que temporaire, le temps qu’il rassemble assez d’argent pour avoir son propre logement. Néanmoins, au fond de lui, notre petit Kitsune n’était pas sur de vouloir partir de chez ce dernier, pourtant quand il allait trouver une personne à aimer et fonder une famille à lui… Il faut bien qu’il le laisse vivre. Enfin bon, si Alexander lui dit un jour que sa petite amie est enceinte de lui, il est sur de se débarrasser de Tetsuo. Ah … Mauvais souvenirs quand tu nous tiens.

    Sortant de l’agence pour se rendre alors en ville dans un bar à l’occasion loué rien que pour eux, Tetsuo semblait vivre dans un monde totalement formidable remplit d’argent, d’alcool et de luxure. Oui, notre petit Kitsune avait grandit en deux ans, il n’avait plus peur de son ombre et bien qu’il soit sur de lui, il n’était pas pour autant du genre à coucher facilement contrairement à d’autres personnes. Et puis, travail et couple ca ne peut pas faire bon ménage. Buvant juste deux verres d’alcool de quoi dire de participer en gardant les pieds sur terre, le kitsune dansait tranquillement en riant de bons cœurs des blagues stupides que pouvait lui servir une collègue à lui. Elle qui se montrait si froide et strict lorsqu’elle prenait ses photos cette après-midi, elle semblait ce soir si libre et folle. Finalement loin de l’image de vieille fille coincé qu’avait Tetsuo d’elle. Elle se mit même à donner des conseils à ce dernier sur les mecs à approcher et ceux qui en valent pas la peine.

    La soirée avait été plus qu’agréable, le jeune homme se sentait fort heureux et il se sentait bien, peut-être l’alcool qu’il avait un peu dans les veines qui jouaient pour le rendre heureux. Les autres le saluèrent lui demandant s’ils voulaient qu’il le raccompagne, pourtant refusant le jeune homme avait envie de marcher. Il savait très bien que si Alexander le savait il allait le gronder de sortir la nuit tout seul alors que des chasseurs pouvaient lui sauter dessus. Plongeant les mains dans son long manteau, le jeune homme soufflait doucement tout en fixant le ciel, c’était beau tout simplement la vue qu’il pouvait avoir. La neige ne tombait plus mais, un petit tapis recouvrait le sol. Le craquement de cette dernière faisait sourire le kitsune à chaque pas, s’amusant alors à ne pas marcher dans l’empreinte d’un autre pour être sur d’avoir ses propres traces à lui. Tout était calme ce soir, calme et paisible.

    Jusqu’à ce qu’un motard ne reverse un jeune homme sous ses yeux. Se stoppant brusquement, écarquillant les yeux et retenant un léger cri de peur. Tetsuo n’eu pas vraiment le temps de lui dire de faire attention qu’il était déjà trop tard. Restant sur place, tremblant légèrement le kitsune ne savait pas trop quoi faire. Le motard c’était arrêté après tout. Il pouvait qu’espérer qu’il aille bien. S’avançant lentement, la réaction du motard fit peur au jeune homme qui accéléra son pas pour venir voir le jeune homme au sol. Il était mort ? Oh non, oh non ! Il se voyait déjà faire les gros titres, le Kitsune qui a tué un pauvre passant. Oh ! Pour sur que là Tonton Alexander allait le gronder ! S’approchant, venant s’accroupir auprès du… mort ? La respiration saccadée, le jeune homme était paniqué. Que faire ?

      « Est-ce que ca va ? J-Je vais appeler une ambulance ne bougez pas ! »


    En même temps vu son état il aurait eu du mal … Mais que voulez-vous quand on panique on ne sait plus trop ce que l’on dit. Sortant son portable de sa poche le jeune homme se mit à composer le numéro des urgences pour leur indique leur lieu et la situation. Cela prit quelques minutes tout de même, il avait le temps de vraiment mourir si ce n’était pas le cas. Raccrochant en remettant son portable dans sa poche, le jeune homme fixait le jeune homme au sol. Il avait pas l’air bien dans son assiette. On a cette tête là quand on se fait renverser … Beuh. Pas génial.

      « Les urgences arrivent, je vais attendre avec vous, ne vous en faites pas, vous n’êtes pas seul. »


    Il ne savait pas s’il pouvait l’entendre, mais lui ca le rassurerait d’entendre la voix de quelqu’un. A sa place, il voudrait bien qu’on s’occupe de lui, qu’on l’aide à s’en sortir. Il aurait bien pris sa main dans la sienne pour le rassurer un peu plus, mais on lui avait toujours dit de ne pas bouger un blesser tant que les secours ne sont pas là. Alors il restait là accroupit les fesses dans la neige, ce qui au passage n’était pas vraiment agréable, à parler d’une voix douce au jeune homme, lui décrivant tout ce qu’il se passait autour d’eux c’est-à-dire pas grand-chose à part une chamaille entre deux moineaux pour un bout de pain, mais Tetsuo semblait en parler avec passion et un certaine admiration pour les deux petits êtres devant lui. Dans quelques minutes ils pourront entendre la sirène de l’ambulance. Du moins, il l’espérait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 28
Messages : 180
Localisation : Appelle moi, j'te l'dirais si j'ai envie.

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kappa
Situation : Nada.
Relations:


MessageSujet: Re: Je vais y passer ? Jeu 22 Déc - 1:46



    Mon coeur s'emballait au point où je me demandais même s'il ne cherchait pas à quitter mon corps. Ses battements de plus en plus fort m'essoufflait et rendait ma respiration plus rapide et douloureuse qu'elle ne l'était déjà. J'avais l'impression que mes os se brisaient un peu plus au fur et à mesure que mon torse se soulevait pour me donner le maximum d'oxygène que j'arrivais à aspirer. Chaque souffle, chaque coup de vent me brisait la tête. Elle ne tarderait plus à dire stop à tout cela et à explosé. Le moindre son me paraissait plus intense et plus fort qu'écouter du heavy métal entre deux amplis Marshall. Et je peux le certifier, je l'avais déjà vécu.

    Des bruits de pas résonnèrent dans mes oreilles. Quelqu'un ? J'ouvris la bouche, comme pour crier que j'étais là, que j'étais en vie ! Avec la chance que j'ai, d'ici là que cette personne court et qu'elle ne me voit pas ! D'ailleurs vu le son qui me parvenait, cette personne courrait sûrement. J'étais foutu. Quoi que, vu le moment, me fier à mon ouïe n'était pas la meilleure idée que j'ai eu. Peu importe, ça semblait se rapprocher de moi et rapidement en plus. Une ombre se profila devant moi. Sauvé ?

      Tetsuo – « Est-ce que ça va ? J-Je vais appeler une ambulance ne bougez pas ! »


    Un léger sourire se dessina sur mes lèvres. J'avais remarqué deux choses. Déjà, j'étais sauvé. Ou en tout cas, s'il devait m'arriver quelque chose, je ne serais pas seul. Visiblement, c'était un homme. Une voix assez claire et cristalline, mais bien masculine. Physiquement, je n'aurais vraiment pas pu le dire, c'est à peine si je distinguais une ombre noire au milieu du spectacle blanc tout autour de nous. D'ailleurs, il s'était remis à neiger, je mourrais de froid. La glace sur laquelle j'étais tombée avait fondu contre moi et avait traversé mon manteau, mon T-shirt me gelant le dos.

    Deuxième remarque, sûrement plus amusante, j'avais eu le droit aux questions complètement futiles et idiotes quand on avait dans ce style de situation. Déjà ; « Est-ce que ça va ? » Croyez vous que quelqu'un de normalement constitué, qui a toute sa tête et qui va bien irais s'allonger dans la neige, se geler les os, se tremper jusqu'à la moelle et se laisser mourir d'hypothermie dans une rue quasi abandonnée ? Très franchement, je ne pense pas. D'autant plus s'il avait vu la moto me rentrer dedans ! Rares sont les personnes qui vont bien après s'être fait rentrée dedans, même par un vélo ! Mais dans ce genre de moment, on panique et on dit toujours des choses plus ou moins utiles, n'est-ce pas ?

      Ritsuka – « M-Merci … »


    J'avais réussi à articuler un mot, un tout petit mot, aussi minuscule soit-il. Je l'entendais parler. Il semblait indiquer où nous étions, ce qui s'était passé et tout ce qu'il est utile de savoir à un ... Un quoi d'ailleurs ? Pompiers ? Sauveteurs ? Ou tout simplement médecin ? Oui, je pense que la dernière version était la bonne. J'avais quand même un peu de chance là-dedans. Déjà, quelqu'un m'avait trouvé et '' s'occupait '' plus ou moins de moi, et surtout, j'étais resté conscient. Mais ça, je ne savais pas si c'était vraiment une chance. A cause de ça, je ressentais tout ce qu'un type renversé par une moto ressent ; De la douleur. Plus le fait que j'étais ... Plus ou moins dans un état second. Ca aide vachement. Merci le psy.

      Tetsuo – « Les urgences arrivent, je vais attendre avec vous, ne vous en faites pas, vous n’êtes pas seul. »


    Quoi dire ? Merci, une nouvelle fois ? A quoi bon ... Il ne me restait plus qu'à patienter, à avoir froid et à ... Ecouter mon sauveur me parler d'une bataille de petits oiseaux. C'était ... Bien pensé. On se sentait évidement moins seul quand on nous parlait. Bien que sa voix me brise continuellement la tête, je ne voulais pas qu'il se taise. Tout mon corps implorait au silence, mais sûrement pas mon esprit. Je voulais qu'il parle, encore et encore jusqu'à ce que l'ambulance arrive. Même si c'était pour l'écouter parler de moineaux se bâtant pour un bout de pain. Braves petites bêtes à plumes.

    Le vent commençait à se lever et étant trempé, chaque petite brise me frigorifiait. J'essayais de contracter tous mes muscles dans le but de me réchauffer mais ... Rien, ça ne servait à rien à part réveillé mes douleurs, qui étaient bien loin d'avoir disparu. Ce type ... Était du côté droit, c'est-à-dire du côté ou mes côtes allaient encore à peu près bien. Je bougeai un peu la main, puis le bras pour chercher une source de chaleur quelconque. Cherchant quelques secondes en vains dans la neige, j'arrivais à attraper sa main et la serrer aussi fort que je pouvais. Ça ne me réchauffait pas tellement mais ... C'est idiot je vous l'accorde mais ça me rassurait.

      Ritsuka - « Et ... Qu'est-ce qu'ils font ... Maintenant ? »


    Meubler pour qu'il ne se taise pas, c'est tout ce qu'il me restait à faire, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 51

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kitsune.
Situation : Célibataire.
Relations:


MessageSujet: Re: Je vais y passer ? Mar 27 Déc - 20:49

    La neige tombait lentement sur le visage du kitsune qui restait là assis cherchant du mieux qu’il pouvait une quelconque lumière montrant que l’ambulance arrivait pour aider le jeune homme. C’était idiot n’est-ce pas ? De sentir son être, totalement paniqué à l’idée même que cet inconnu puisse mourir et qu’il n’aurait pas pu l’aider. L’imaginer partir loin d’ici, alors qu’il semblait jeune, cela n’était pas normal. Tetsuo en voulant au motard, pourquoi le monde est aussi injuste et cruelle. Personne n’a le cran d’assumer ses actes, personne ne va de l’avant. Fermant les yeux quelques instants alors qu’il se sentait bête de sentir une boule se former au fond de sa gorge pour cet inconnu. Il ne pouvait accepter le fait de laisser partir quelqu’un sans se battre un minimum. Sursautant légèrement en sentant quelque chose attraper sa main, le renard remarqua rapidement qu’il s’agissait de l’homme gisant sur le sol qui venait de lui attraper la main. Souriant légèrement, Tetsuo n’eu pas de geste de recul, bien qu’habituellement il avait tendance à se montrer fuyant envers les autres. Serrant la main de l’asiatique dans sa main, il le regardait avec tendresse, bien qu’il avait l’impression que des larmes venaient lui piquer les yeux. Il n’avait jamais été très fort, il avait des émotions bien trop fortes et visibles. Il avait peur pour cette personne. Entendre sa voix à nouveau le rassurait un peu, visiblement il n’était pas inconscient c’était déjà une bonne chose. Penchant la tête sur le côté, le renard compris rapidement qu’il voulait surement parler des moineaux. Souriant de nouveau, il se remit à regarder les deux oiseaux.

      « Ils viennent apparemment de faire la paix, il mange chacun leur tour. Ils s’entre aide. »


    Levant sa main libre, le jeune homme frôla doucement du revers de sa main la joue du blessé. Il était gelé. Caressant légèrement la joue du jeune homme, Tetsuo pouvait parfaitement comprendre le fait qu’il avait froid, il faut dire que le temps n’était vraiment pas agréable. Lui qui avait déjà froid avec les fesses dans la neige, ce pauvre homme allongé sans pouvoir bouger devait être totalement gelé. Regardant rapidement autour de lui, personne ne semblait dans les environs. Cela n’était pas raisonnable d’agir de la sorte, mais il ne pouvait tout de même pas le laisser avoir froid, ou mourir de froid. Attrapant sa gourmette en argent, le kitsune la retira, pour laisser apparaitre sur son crane deux oreilles rousses de renards ainsi que ses neuf queues de renards plutôt longues qui bougeaient rapidement sur le sol.

      « Vous avez froid ? Je vais vous aider. Vous allez avoir chaud dans peu de temps ne vous en faites pas. »


    Se rapprochant du corps allongé au sol, le kitsune essayait au mieux de lui communiquer sa chaleur sans trop le toucher de peur de lui faire mal, il mit sa gourmette dans sa poche alors que dans son autre main, il gardait celle du blessé bien serrée. Utilisant ses pouvoirs, il fit en sorte de réchauffer l’air ambiant pour lui donner plus de chaleur. Faisant fondre la neige autour d’eux, Tetsuo se sentait réchauffé lui-même petit à petit, en espérant que cela puisse réchauffer son blessé. Posant par moment sa joue contre celle de Ritsuka, il voulait s’assurer que sa chaleur corporelle augmente ou tout au moins restait stable sans baisser de façon inquiétante.

      « Au fait, je m’appelle Tetsuo et vous ? »


    Il voulait continuer de le faire parler, il savait parfaitement que cela pourrait également le fatiguer et ne pas être forcément bon pour lui, mais il avait du mal à ne pas vouloir lui parler. Il avait peur qu’il parte sous ses yeux avant que l’ambulance n’arrive à eux. D’ailleurs en parlant d’ambulance… Regardant la route aux environs, elles étaient pas mal couvertes de neige est-ce cela qui les retient bloqué quelque part ? Il ne pourrait pas attendre plus longtemps, cela lui semblait être une éternité depuis qu’il avait appelé, il n’avait pas envie de sentir plus longtemps ce jeune homme souffrir. Fermant les yeux pour se concentrer au maximum, l’ancien roi fit en sorte de remonter la température de la ville, provoquant une fonte des neiges surement trop rapide. Les chasseurs de monstres allaient surement se douter de quelque chose et pire encore son oncle Alexander. Voyant la neige se transformer en eau, le jeune homme récupérait rapidement sa gourmette pour la remettre à son poignet. Ni vu ni connu, il avait réussi enfin il l’espérait à réchauffé un peu la victime du motard et par la même occasion d’aider l’ambulance à arriver plus rapidement.

    Voyant une lumière bleuté arriver au loin, Tetsuo se mit à sourire rassuré, cela ne voulait pas dire qu’il allait s’en sortir, mais au moins des personnes seraient là pour s’occuper des ses blessures. Murmurant doucement qu’ils arrivaient, le jeune homme se redressait et leva sa main libre pour signaler leur position. L’ambulance se stoppa rapidement pour laisser descendre des personnes qui accouraient vers eux. Tetsuo gardait la main du blessé dans la sienne, bien qu’on lui demanda à plusieurs reprises de s’écartait. Non, il pouvait pas le lâcher, il ne voulait pas qu’il se sentait abandonné. C’est tellement horrible de se sentir seul et perdu sans personne pour vous tendre la main pour vous guider vers le droit chemin. Il avait eu tellement peur pour sa part, quand il avait été seul sans personne. Regardant les secouristes s’activer autour du blessé, Tetsuo restait sur place, ne bougeant pas et fixant, ne sachant plus réellement parler sauf pour faire des phrases très courtes. Il avait peur pour l’autre. Même en se disant dur et pensant ne plus être capable de s’attacher à d’autre personne que son petit monde, il devait avouer qu’il voulait que ce jeune homme s’en sorte. Les secouristes firent lâcher prise à Tetsuo le gardant à l’écart, ne voulant plus qu’il reste dans leur pied à regarder. Une jeune femme s’occupait de récolter ce qu’avait vu le renard, bien qu’il semblait totalement distrait cherchant à voir l’autre jeune homme. Il voulait savoir s’il allait bien. Les voyant commencer à remballer le renard s’approcha rapidement avançant vers l’ambulance.

      « Vous ne pouvez pas venir. »

      « Il est hors de question que je le laisse partir seul ! Je me suis occupé de lui, je veux savoir s’il va bien ! »


    Ne baissant pas les yeux, le kitsune semblait déterminé à vouloir grimper là dedans, pour suivre. Pas question qu’il le laisse seul et si personne ne lui prenait la main ou lui parlait, il allait peut-être avoir peur. Il ne pouvait pas le laisser partir sans lui. Surement contraint par la détermination du jeune homme, l’ambulancier le laissa grimper à l’intérieur pour le plus grand soulagement de notre kitsune.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 28
Messages : 180
Localisation : Appelle moi, j'te l'dirais si j'ai envie.

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kappa
Situation : Nada.
Relations:


MessageSujet: Re: Je vais y passer ? Jeu 29 Déc - 0:56



    Étrangement, je me sentais un peu mieux. J'avais mal au corps, mal au cœur mais ça allais. Le monde ne s'écroulait plus. Je crois que l'alcool quittait lentement mon sang et que toute les saloperies que j'avais pu inhaler s'en allaient aussi. Mon cerveau se reposait un peu. Enfin, mes côtes et d'avantage ma clavicule me faisait souffrir le martyre mais ma tête ne me faisait plus mal. Je serais doucement sa main dans la sienne. C'était peut-être faux - bien que j'en doute - mais le fait que ce parfait inconnu soit resté là, près de moi à me parler, à me tenir éveiller m'avait vraiment aidé. Mes yeux désembuaient et je commençais à y voir clair. Wha, mon sauveur était assez jeune. Enfin, vu le ton de sa voix et son assurance, j'aurais penché pour un vieux. Peut être pas à ce point, mais quelqu'un de plus âgé en tout cas. Visiblement, non. J'étais son aîné. Fallait surtout pas qu'il me prenne comme modèle.

      Tetsuo - « Ils viennent apparemment de faire la paix, ils mangent chacun leur tour. Ils s’entre aide. »


    Comme quoi même les oiseaux s'entraidaient. Je ne voyais pas pourquoi cet idiot de motard m'avait laissé là. Ok, c'est ma faute si je suis dans cet état, mais il aurait pu s'occuper de quelque chose, non ? Je n'y passerais sûrement pas aujourd'hui, mais si on m'avait laissé seul dans cette neige, il aurait probablement vu mon nom en première page demain dans le journal. Après tout, j'allais bien, il ne fallait pas trop en demander. De sa main libre, le roux frôla ma joue ce qui eu pour effet de me faire sursauter. Mauvaise, très mauvaise idée quand on a les côtes en vrille. Un petit gémissement passa mes lèvres. L'ambulance prenait vraiment son temps ... Redirigeant mon regard vers l'adolescent, je croyais rêver. Des oreilles de chat et ... Quatre, six, neuf ! Neufs queues rousses ! Un Neko ? Sûrement pas, il avait la - enfin les - queues en panache. Un écureuil ? Je ne pense pas que ça existe ...

      Tetsuo - « Vous avez froid ? Je vais vous aider. Vous allez avoir chaud dans peu de temps ne vous en faites pas. »


    Grimaçant, je serrai un peu plus fort sa main.

      Ritsuka – « C’est … Pas prudent … »


    Il ne m'écoutait pas ... Si les secours arrivaient piles à ce moment, il était mal ! Bien que je trouve ça injuste, on doit se cacher du mieux qu'on peut. Les chasseurs sont partout, on ne sait pas où et quand ils peuvent nous tomber dessus et c'est bien pour ça qu'il faut rester le plus prudent possible. Alors, si seulement ce petit pouvait rester sage ! Il était adorable et tout ce qu'il faisait partait d'un bon sentiment mais c'était dangereux pour lui ! De toute façon quoi que je dise, il semblait bien décidé à n'en faire qu'à sa tête et à m'ignorer. L'air ambiant se réchauffa assez brusquement et le manteau blanc qui nous entourait fondu aussi vite qu'un bonhomme de neige sous une douche chaude. C'était plus agréable. La température devait environner les vingt degrés ou quelque chose du genre. Presque trop chaud du coup ... Un sourire s'afficha sur mes lèvres ; Malgré la situation, j’étais un éternel insatisfait.

      Tetsuo - « Au fait, je m’appelle Tetsuo et vous ? »


    Avant de lui répondre, je l'observais. Des oreilles rousses, légèrement plus foncées que ses cheveux, des yeux marron, voir même noirs. Des traits assez fin et enfantin, un corps frêle et sans une once de muscle. Je pencherais bien pour quelqu'un d'assez petit, mais étant assis c'était difficile à dire. Vu ses traits asiatiques, il devait venir d'un pays voisin à ma chère Corée du Sud. D'ailleurs, mon pays me manquait. Enfin, pas le moment d'être nostalgique. Revenons à nos moutons, pourquoi ce type qui ne devait même pas être majeur venait à s'occuper de moi ? Qu'est-ce que ça lui apportait ? Quel profit en tirait-il ? Il fallait que j'arrête de voir les choses comme ça ... Tout le monde ne vivait pas uniquement pour son propre intérêt. Il m'avait tout simplement pris en pitié ? Peut-être, et je lui dois une fière chandelle.

      Ritsuka - « Je m’appelle Ritsuka … Ritsuka Vagner »


    Et puis si jamais je m’endormais entre temps et que quelqu’un a besoin de mon nom, il pourrait leur donner.

    Une alarme perçante commença à se faire entendre et le rouquain me murmura qu'ils arrivaient. Il était temps ! Rapidement, un crissement de pneu retentit dans l'air et cinq ou six personnes s'activaient autour de moi. Une infirmière eu la gentillesse de me prévenir que me bouger serais sûrement douloureux ... Après qu'ils m'aient changé de place. Efficacité, zéro. Je fermais les yeux, agacés par tout ce remue ménage autour de moi. Serrant les dents, j'espérais qu'ils me donnent un quelconque calmant en attendant d'être à l'hôpital mais visiblement, ils n'étaient pas prêts à me donner quelque chose. A plusieurs reprises, le ... Écureuil ? Bref, Tetsuo fût vivement sollicité pour ... Dégagé, tout bonnement, il devait sûrement gêner. Seulement, je ne voulais pas le lâcher, hors de question. Un médecin visiblement énervé finit par reprendre ma main. Ce qu'il pouvait m'emmerder! A peine arrivé qu'il me gonflait déjà ... Rapidement, je fus posé sur une sorte de table en métal à roulette avec un drap dessus, une perfusion dans le bras et on me glissa dans l’ambulance. Du peu que je voyais, Tetsuo n'avais pas le droit de venir. Ca devait être comme pour les visites à l'hôpital, famille seulement, non ?

      Ritsuka – « Laissez, c’est mon frère … »

      Infirmière - « Ho, qu’il rentre »


    Parfait. Même si jusqu’à l’hôpital nous ne risquions plus de se retrouver seul tous les deux, je trouvais injuste qu'on le renvoie chez lui. Il a prévenu, il m'a tenu éveiller et merci bien on a plus besoin de vous, vous pouvez rentré ? Non, hors de question. D'autant plus que ... Ok, c'est égoïste mais je ne veux pas me retrouvé seul en attendant qu'on me prenne en charge. Il ne me restait plus qu'a espérer qu'on lui permettrait de rester prêt de moi.

      Ritsuka - « Petit frère ... Désolé pour le dérangement »


    Autant jouer le jeu, non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Messages : 51

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kitsune.
Situation : Célibataire.
Relations:


MessageSujet: Re: Je vais y passer ? Mer 4 Jan - 13:33

    Le jeune homme prit place à côté de Ritsuka dans l’ambulance. Il n’avait pas l’intention de le laisser seul, il savait parfaitement qu’on n’aidait pas les gens souffrant dans une ambulance. On a aussi du mal à croire ce qu’on peut leur dire quand on se plains d’avoir mal quelque part. Souriant légèrement au blessé, le petit renard voulait se rendre rassurant pour lui. Ce n’était surement pas évident de se sentir vraiment bien. Penchant la tête sur le côté en entendant, la voix du son « frère ». Le jeune homme sentit des regards se poser sur lui, alors qu’il secouer énergiquement la tête pour affirmer qu’il ne lui en voulait pas. Néanmoins un regard restait posé sur lui, une infirmière qui semblait bien trop curieuse à sin goût. Elle avait quelque chose à leur reprocher ? Levant les yeux vers cette dernière pour l’interroger du regard, elle détourna rapidement les yeux pour fixer devant elle, devenant rouge écarlate. Oh … Elle avait un faible pour Ritsuka ? En tout cas, si cela était pour Tetsuo la pauvre allait en souffrir. Souffrir pour un amour, grimaçant légèrement à cette idée, le kitsune préféra baisser les yeux sur Ritsuka et lui prendre la main alors que les sirènes de l’ambulance se mirent en route alors qu’ils se mettaient à rouler vers l’hôpital. Souriant légèrement au jeune homme, il caressait doucement la joue de ce dernier s’assurant qu’il n’avait pas froid. Non pas qu’il pourrait réellement faire quelque chose pour l’aider, mais au moins demander une couverture pour lui en cas de besoin.

      « Est-ce que ca va Rit ? Tu n’as pas froid ? Tu veux peut-être que je prévienne Papa ou Maman ? Ils risquent de s‘inquiéter. »


    C’était une façon à lui de lui demander s’il devait contacter quelqu’un pour venir s’occuper de lui par la suite. Après tout, malheureusement il ne pourra pas s’assurer les jours suivant son accident que tout va bien. Il aura du boulot et surtout son oncle risquerait de trouver cela bizarre de le voir autant sortir alors que Tetsuo est du genre à rester enfermer malgré ses envies d’espaces. Il est sur ainsi de ne pas tomber sur elle et son gamin. Ah oui ! Il l’avait appelé Rit’ pour dire de faire plus familier et frère. Fixant Ritsuka, le renard était pas prêt de regarder ailleurs, et d’ailleurs le premier qui viens lui faire du mal à nouveau il allait avoir le droit de se faire mordre. Pas question qu’on lui fasse du mal plus longtemps. Pourtant le voyage fut plutôt court contrairement au temps qu’ils avaient pu mettre pour arriver. Regardant l’hôpital se rapprocher, Tetsuo afficha un grand sourire, pour lui, rien de mal ne pouvait arriver à présent, Ritsuka allait s’en sortir.

    Regardant les infirmiers se mettre debout, le jeune homme les regardaient un peu perdu, il allait devoir lâcher la main de Ritsuka à nouveau n’est-ce pas ? Cela était peut-être étrange, mais cela l’angoissait presque. En voyant les portes s’ouvrirent, le renard lâcha doucement la main du jeune homme a grand regret, toutefois, il restait présent il restait non loin de lui et ceux même en rentrant dans l’hôpital. Trottinant à côté de Ritsuka, il regardait autour de lui ayant du mal à comprendre ce qu’il pouvait bien se passer, tout le monde semblait s’énerver et s’activer autour d’eux. Le bloc opératoire ? Ecarquillant les yeux, Tetsuo était soudainement pris d’une bouffé de chaleur s’inquiétant de plus en plus. Il agissait déjà de la sorte pour un inconnu alors imaginez si jamais il arrivait malheur à Alexander. Il n’était pas sur de réussir à se relever de suite.

    Mais de toute façon c’est son oncle qui allait le voir mourir et non l’inverse, les dragons une espérance de vie bien plus grande que celle des Kitsunes. Devant s’arrêter le jeune homme ne put accompagner Ritsuka pour passer ses exams. Triste de ne pas savoir si son « frère » allait s’en sortir, il prit la décision néanmoins de rester là, attendre qu’il sorte de ses exams ou autre pour s’assurer qu’il allait bien. Se rendant dans la salle d’attente, Tetsuo prit place dans un coin. Lisant au début des magazines sans grand intérêt, le jeune homme finit par s’endormir, fatigué surement par sa longue journée de travail. Se fut au bout d’un long moment qu’une infirmière vint le réveiller, le secouant doucement.

      « Monsieur Vagner ? Monsieur Vagner réveillez-vous ! Votre frère est dans une chambre si vous voulez allez le voir c’est maintenant. »


    Se réveillant en sursaut, le jeune homme regarda autour de lui un peu paniqué avant de réaliser ce qu’il c’était passé. Remerciant d’une voix endormis l’infirmière le jeune homme se mit en route vers les chambres. Oubliant un détail … Il n’avait pas demandé de numéro de chambre. Tant pis il frappera à toutes les chambres pour trouver la bonne chambre et tomber sur Ritsuka.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Age : 28
Messages : 180
Localisation : Appelle moi, j'te l'dirais si j'ai envie.

................

¯•. Journal Intime.•¯
Race : Kappa
Situation : Nada.
Relations:


MessageSujet: Re: Je vais y passer ? Jeu 26 Jan - 17:47



    Avant que l’entêtement des infirmiers cessent et qu’ils laissent entrer le rongeur – il faudra que je lui demande de quelle race il était tout de même … Les écureuils n’existent pas ! Bref – je remarquais le regard de la blonde en blouse qui fixait Tetsuo. Sur le coup, je pensais qu’elle émettait juste des doutes sur notre fraternité. Pendant quelques instants, j’avais même eu peur qu’elle nous demande une preuve. Mais non. Quand elle détourna le regard après avoir croiser celui du rouquain, je compris un peu mieux. Oh, elle en pinçait pour lui ? Mignon. Mais on ne pouvait pas dire qu’elle était particulièrement jolie. Oh, pas un thon ! Mais pas le genre de filles qu’on sifflerait dans la rue. D’ailleurs, est-ce qu’il sifflait les filles dans les rues lui ? Il avait l’air un peu timide. Ou alors, il ne sifflait que les mâles … Il fallait que j’arrête de croire que la population d’Alrich était au ¾ gay.

      Tetsuo - « Est-ce que ça va Rit’ ? Tu n’as pas froid ? Tu veux peut-être que je prévienne Papa ou Maman ? Ils risquent de s’inquiéter. »


    Était-ce sa façon de me demander s’il devait appeler quelqu’un ? Pff, qui ? Ma colocataire se foutait royalement de moi – sauf quand je l’emmerdais -, ma Sun Hee ne pourrait pas venir à cause de Soo Jin. D’ailleurs, c’était quoi cette connerie d’avoir deux prénoms en un ? J’étais coréen et je m’appelais Ritsuka. Ou alors c’était moi qui n’avais pas un prénom normal … Bref. Qui s’inquiéteraient de moi aujourd’hui ? Pas de parents, pas de famille. Même pas de chien ou de poisson rouge. C’était le comble, je n’avais personne. Je rentrerais chez moi et je serais, une fois de plus, encore et encore seul. Ca me déprimera un jour. Ca me déprime déjà.

      Ritsuka – « Eux ? Ca fait des années qu’ils ne s’inquiètent plus pour ma personne. Ne t’emmerde pas. »


    Le trajet fût assez court, on fut rapidement à l’hosto. Je sentais que ça me soulerait. Je voyais déjà venir une infermière moche comme une mouche, grosse comme un bœuf, engoncée dans un uniforme soit disant ‘’ sexy ‘’ trop petit pour elle, une seringue à la main « Piqure, monsieur Vagner ! » avec un grand sourire. Me touche pas Satan, retournez en enfer toi et ta seringue ! Pose pas tes vieux doigts de vieille fille sur moi ! Bon … Avec un peu de chance, j’aurais la blonde de tout à l’heure. Tiens, bonne idée. Je pourrais lui faire avouer qu’elle en pince pour le gamin. Il était peut être déjà casé ? Moins amusant … J’essayerai quand même, pour le fun.

    Mon cœur accéléra soudainement quand on me posa à terre et qu’on évoqua la terre de bloc opératoire ? Une bouffé de chaleur m’envahit. Une seconde quand mon sauveur lâcha ma main. Quoi ? Moi ? Tout seul dans un bloc opératoire ? Pour me faire … Opérer !? Ho, Bravo Ritsuka. C’est vrai qu’on joue souvent aux billes avec des scalpels. Qu’est-ce qu’ils allaient me faire ? Et si naturellement, je me transformais en kappa ? J’étais à demi humain, ça devrait aller. Non ! Ca n’irait pas ! Finalement, je n’eu pas le temps de paniquer plus longtemps que je m’étais endormis avec la grande aide d’un puissant – ou pas – anesthésiant.

    Quand je me réveillai, j’étais seul dans une chambre hideuse au mur rose et bleu. Couleurs pastel bien moche. Combien de temps j’avais passé là-dedans ? Une heure, peut être deux … ? Bonne question. Le temps de bien me réveiller, je jetais un regard autour de moi. L’oppressante odeur de médicament et désinfectant en tout genre m’étouffait. Mon cœur se soulevait lentement, un envie de vomir. Regardant autour de moi, je trouvais très vite le bouton d’appel en cas d’urgence. Non, y’avais pas urgence. Mais peut importe. Un médecin rappliqua aussitôt.

      Médecin – « Que se passe-t-il ? »


      Ritsuka – « Vous connaissez le désodorisant ? Ca pue, ça me donne la gerbe vos conneries. Ca sent le vieux, le désinfectant et la mort. »


    Visiblement, j’avais fait chier ce brave vieux. Tant mieux.

      Médecin – « Vous vous sentez mal ? Tant mieux, on ne cherche pas à vous faire revenir. Votre frère est toujours là, je vous l’apporte. »


    Malin. Je l’aimais bien, de la répartie. Tetsuo était resté ? Mais … Qui d’autre après tout, je n’avais pas de frangin. Me redressant sur mon lit – non sans mal – j’attendais patiemment la tête rousse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé


................


MessageSujet: Re: Je vais y passer ?

Revenir en haut Aller en bas
 

Je vais y passer ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» la télé, comment s'en passer ?
» WW !!!!!!!! Je vais l'avoir ...
» Un peu paumée...
» D'ou-je viens...ou je vais! :)
» une palissade rétinienne (je vais me faire opérée de la cataracte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Behind Alrich :: Alrich :: Centre ville-